¡BLACKOLERO!

Frank Black, Black Francis, Pixies, Breeders

09 février 2006

Le sens des songs : D-H

Dead évoque l’amour maudit du roi David pour Bethsabée. Celle-ci étant déjà mariée à l’un de ses officiers, David se débarrassa définitivement de l’importun en l’envoyant à la guerre. Dieu le punit en tuant son premier enfant.

Debaser se réfère clairement à Un chien andalou, le célèbre film de Buñuel, vu par Black Francis comme une atteinte jouissive à la moralité (d’où le titre de la chanson, qu’on pourrait traduire par «dégradeur»).

Dig for Fire «parle probablement de cet été que j’ai passé à travailler sur des sépultures et à regarder le ciel, en tant qu’étudiant en archéologie» (Frank Black). «C'est du pur non-sens, une mauvaise imitation des Talking Heads.» (Black Francis)

Distance Equals Rate Times Time : «Je veux dire que j'adore la télé et que je la déteste.» (Frank Black)

Dog Gone brode sur un propos de Jean Walsh (ex-Mme Black), qui aurait un jour affirmé que seul le crash d’un météore sur la Terre pourrait la séparer de son chien…

Dog in the Sand : sauf erreur ou naïveté de ma part, Frank Black y évoque tout simplement le plaisir apaisant d’une promenade sur la plage avec son chien.

Don’t Ya Rile ’Em évoque «l’avènement de électricité dans la vie moderne» (Frank Black).

Ed Is Dead : «Ça parle de cette fille, cette drôle de fille - elle était handicapée mentale, n'avait pas d'amis et se baladait partout en vélo avec un transistor attaché à son guidon, crachant de la musique à fond de ballon» (Frank Black).

85 Weeks : musicien excentrique et grand raconteur de bobards, Don Van Vliet (Captain Beefheart) avait réussi à faire croire aux médias et même à son groupe, le Magic Band, qu’il avait passé 85 semaines sans fermer l’œil une seule fois. Eric Drew Feldman, ex-membre du Magic Band, fit à son tour avaler cette couleuvre à Frank Black.

End of Miles : une déclaration d’amour à la Californie, terre de (relative) sérénité «au bout des miles».

Every Time I Go Around Here : «une chanson d’amour à travers l’espace-temps» (Frank Black).

Everything Is New évoque en parallèle trois destins tragiques de musiciens (Chet Baker, Hank Williams, Johnny Horton).

The Farewell Bend : possible référence à un célèbre site de l’est de l’Oregon, où les pionniers faisaient halte avant de gagner la côte Pacifique.

Fast Man : Frank Black y évoque son amour de la route et son goût pour l'errance, les voyages sans but.

Fazer Eyes : une love song aux allures de space song. Et vice-versa.

Fiddle Riddle : la fin de l’humanité et la survie des machines, vues et racontées par la Terre. Une chanson inspirée par un récit de SF.

Fitzgerald : dans cette chanson, Frank Black rend hommage à un brave type, mi-clochard, mi-artiste, qui fréquentait autrefois le bar de son père, payant ses consommations en tableaux peints de sa main.

Freedom Rock est une chanson satirique mettant en scène trois personnages : un fan de rock élitiste, un sourd et l’employé d’un magasin de disques.

Fu Manchu : apparemment un hymne aux moustaches...

Gigantic a été inspirée à Kim Deal par le film de Bruce Beresford Crimes of the Heart, racontant l’attirance (plus que sentimentale) d’une femme mariée pour un adolescent noir.

Golden Shore : un hommage évident à Bob Dylan, plusieurs fois cité. On peut penser que Frank Black y évoque ses propres ambitions musicales...

Gouge Away : encore une chanson inspirée par un tragique amour biblique, celui de Samson pour Dalila, chargée par les Philistins de découvrir le secret de sa force.

(Do What You Want) Gyaneshwar évoque le double visage d'un célèbre religieux indien (Swami Sadanand Sant Gyaneshwar) qui menait parallèlement une carrière de gangster. Gyaneshwar fut abattu, avec sept de ses disciples, le 10 février 2006.

Hang On To Your Ego (première version de I Know There’s An Answer de Brian Wilson) évoque l’effet dépersonnalisant des drogues dures.

The Happening rend un hommage gentiment ironique à un certain Bill Goodman qui animait autrefois, depuis Las Vegas, un célèbre radio show consacré aux ovnis (The Bill Goodman Happening).

Havalina : d'après Kim Deal, Black Francis aurait écrit cette charmante love song après avoir été poursuivi, avec sa petite amie, par un cochon sauvage (havalina) en Arizona…

Headache : une variation sur l’un des thèmes favoris de Frank Black, les voyages dans le temps. «This wrinkle in time» («ce pli dans le temps») est une évidente allusion à un ouvrage scientifique paru en 1993, portant un titre quasi identique et traitant entre autres de l’origine de l’Univers.

Heloise : il s’agit bien sûr de la célèbre Héloïse du XIIe siècle, jeune aristocrate lettrée qui fut arrachée à son époux secret (Abélard) et enfermée pour le restant de ses jours dans un couvent.

Here Comes Your Man : peu de gens s’en doutent, ce bijou pop-rock raconte en fait une histoire de clochards itinérants qui, à peine arrivés en Californie par le train, perdent la vie dans un tremblement de terre.

Hermaphroditos : fils d’Hermès et Aphrodite, éphèbe devenu mi-homme mi-femme.

Hey évoque l’acte sexuel en tant que moyen de reproduction. Acte «triste» en tant que tel mais «vraiment surprenant» dans sa finalité (dixit Black Francis).

His Kingly Cave : Frank Black y raconte en détail un bref séjour qu'il a fait à Graceland (résidence historique du «King» Elvis Presley), gâché par une consommation excessive de champignons hallucinogènes…

The Holiday Song : un hymne (pas si) crypté au plaisir solitaire.

Honeycomb : «Je suppose que je parle de religion. Mais (…) n’ayez pas peur, c’est juste une chanson. Oui, c’est une chanson très étrange, inspirée de mes souvenirs… de mes souvenirs d’enfance, je suppose.» (Frank Black)

Hostess with the Mostest : le Del Amo Mall, à Torrance (Californie), qui fut longtemps le plus grand centre commercial du monde.

Libellés :

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home