¡BLACKOLERO!

Frank Black, Black Francis, Pixies, Breeders

01 septembre 2008

Conversation avec Violet (première partie)

Histoire de fêter dignement cette rentrée, que diriez-vous d'une nouvelle exclu Blackolero ?

Celle-ci nous fait particulièrement plaisir. Voilà fait un bout de temps que nous voulions accueillir Violet Clark.

Il faut dire que, non contente d'être la seconde épouse de Charles Thompson et la mère de ses enfants, la dame s'est peu à peu imposée comme partenaire musicale de Black Francis, posant sa voix puis sa basse sur les compositions de son mari, pour finalement le convaincre de former avec elle un duo "euro-pop" sous le nom de Grand Duchy.

Un personnage si important de l'univers blackien ne pouvait nous échapper plus longtemps.

Cet été, nous sommes enfin parvenus à contacter directement celle que le bassiste de Bluefinger, Dan Schmid, a surnommée ici "la Grande Duchesse". Elle s'est déclarée flattée et nous a répondu avec beaucoup de générosité. À tel point que sa seule réponse à notre première question suffit à remplir la première partie de cet entretien, qui en comptera trois.

(P.S. : et pour ceux qui n'auraient pas deviné, Violet était l'informateur anonyme cité dans notre récent message à propos de Pete Yorn.)

* * *


Blackolero : Racontez-nous comment vous êtes devenue Mme Black Francis.

Violet Clark-Thompson : J'ai déménagé du Missouri vers Eugene, dans l'Oregon, pour terminer mon master d'histoire de l'art en 1996. Comme je suis fille unique, ma mère s'est aussi installée ici pour se rapprocher de moi. En 2003, je vivais ici depuis un bon moment, j'avais eu deux enfants et je travaillais pour un musée tout en faisant des recherches pour ma thèse sur Milton Avery. J'adorais mes enfants, mais pour le reste j'étais un peu perdue. Professionnellement, je ne savais pas trop où j'allais, et j'étais engluée dans une relation qui battait sérieusement de l'aile. En fait, mon compagnon était si déprimé qu'il pouvait à peine quitter le canapé et passait son temps à dormir quand il ne travaillait pas. C'était sinistre, et je savais que j'allais partir, mais je n'arrivais pas à imaginer comment ni quand.

J'avais perdu l'habitude d'aller voir des concerts depuis que j'avais des enfants. Mais c'était une tradition pour ma mère et moi d'aller voir les Catholics au WOW Hall, chaque année en avril ou en mai. En 2003, ce concert avait lieu le jour du cinquième anniversaire de mon fils Julian, et j'étais partagée à l'idée de sortir ce soir-là. Mais j'avais organisé une super fête de pirates pour lui, il dormait profondément, et ma mère insistait vraiment (me harcelait) pour que j'y aille parce qu'elle avait déjà acheté les billets. J'ai fini par enfiler un joli petit ensemble et sortir en catastrophe.

Nous étions assez proches de la scène et la foule était bien excitée et en sueur ce soir-là, mais j'étais fatiguée et je suis restée les bras croisés, un peu en retrait, observant Charles (ou plutôt Frank pour moi à l'époque !) au lieu de baver et de crier et de péter les plombs comme tout le monde. Je n'avais acheté aucun de ses disques depuis The Cult Of Ray, mais ma mère avait suivi tout ce qu'avaient fait les Catholics et c'est vraiment pour ça que j'allais à ces concerts, pour lui tenir compagnie.

Ce soir-là, je me suis rappelée que j'avais vu un concert de Frank Black à Genève des années plus tôt, à l'époque de Cult Of Ray. J'étais avec un garçon, mais je me sentais beaucoup plus attirée par le type qui était sur scène... Mon coeur dansait la gigue. C'était peut-être une prémonition de notre future vie commune !?

Si vous connaissez Charles, vous savez qu'il déteste les groupies et qu'en général il ne parle pas aux filles qui viennent à ses concerts. Mais apparemment, il a été marqué par la vision de cette fille à la dégaine d'artiste qui se tenait au deuxième rang, l'air indifférent, les bras croisés. Enfin c'est lui qui le dit !

Au bout du compte, nous nous sommes rencontrés par hasard sur le parking après le concert. Je traînais, pas très pressée de rentrer à la maison après une soirée sympa en ville, un événement rare pour moi. J'étais là, dans l'allée, à regarder le groupe charger son matériel. C'était à l'époque où ils le faisaient encore eux-mêmes. Je n'arrivais pas à croire que Frank Black doive trimballer son propre matériel. Et tout à coup, le voilà qui arrive et qui pose un ampli juste devant moi. Je lui demande comment il se fait qu'il doive encore porter son matériel lui-même. J'ai immédiatement regretté d'avoir ouvert la bouche ! J'avais entendu dire qu'il pouvait être vraiment, vraiment désagréable et j'avais peur de le mettre en rogne ! Mais au lieu de faire le grincheux, il était tout timide et gentil. Il m'a regardé droit dans les yeux et a fait une réponse amusante, du genre "Je faisais ça dans le ventre de ma mère". On a discuté pendant un quart d'heure. En réponse à ses questions, je lui ai dit que je m'appelais Violet et que j'étudiais l'histoire de l'art à la fac. On a un peu parlé d'art. Puis les autres gars l'ont appelé dans le bus. On s'est dit adieu. Et c'était tout. J'étais fière d'avoir rencontré Frank Black, heureuse qu'il soit gentil et pas grincheux. Je suis rentrée à la maison, j'ai embrassé mes enfants et je suis allée me coucher.

Quelques jours plus tard, je jetais un oeil à mes emails. Je fais partie des gens qui vérifient leur dossier "spam" un jour sur deux, parce qu'il arrive souvent que des messages important atterrissent là. Mais à l'époque, je le faisais beaucoup plus rarement. Bref, ce jour-là, je ressens le besoin de vérifier mes spams. Eh bien, il y avait là un court message sibyllin signé "Charles", qui disait "Heureux de t'avoir rencontrée" ou quelque chose comme ça. Je n'étais pas une "über-fan" au point de savoir que le vrai nom de Frank Black était Charles, et il m'a fallu un moment pour assembler le puzzle. J'ai presque balancé le message à la corbeille. Et tout à coup, j'ai eu une illumination. Une recherche sur Google confirmait mon intuition - OUAH ! Frank Black s'appelle en fait Charles Thompson !? Et il m'a envoyé un message il y a trois ou quatre jours et j'ai failli le balancer ! J'avais du mal à y croire. Je me disais "Oh, c'est super, il veut qu'on soit amis". Il ne me serait jamais venu à l'esprit qu'il avait craqué sur moi. J'étais loin de me douter qu'il avait déjà dans l'idée de faire de moi la mère de ses enfants !

On a échangé des mails. Je ne voyais en lui qu'un ami vraiment cool. J'avais vu des photos où il portait une alliance. Il la portait peut-être quand on s'est parlé au concert. J'étais donc sceptique. Petit à petit, j'ai entendu parler de la fin de son mariage et découvert qu'il était à nouveau célibataire. J'étais à la fois soulagée et intriguée.

Il se passionnait pour l'astrologie chinoise, il me racontait comment il en était venu à s'y intéresser sérieusement. Il avait découvert qu'il était Serpent et que les Serpents s'entendaient pariculièrement bien avec les Boeufs. Il savait donc, dès sa séparation d'avec Jean, que sa prochaine femme devrait être Boeuf. Après ça, on a regardé ma date de naissance et j'ai été abasourdie de découvrir que j'étais, en fait, née sous le signe du Boeuf. C'est à ce moment-là qu'il a vraiment commencé à me faire la cour. Cela confirmait ce que son intuition lui avait soufflé - que je serais la prochaine Mme Thompson !

À la fin de la tournée, environ deux semaines plus tard, Charles a sauté dans sa Cadillac et conduit tout droit jusqu'à Eugene. Je vivais encore avec mon futur ex, il restait donc quelques petits soucis à régler. Notamment quand il s'est fait prescrire du Prozac et qu'il est soudain revenu à la vie, se rendant compte qu'en fait il nous aimait vraiment bien, moi et les enfants ! Mais au mois de juin j'avais déménagé avec Julian et Annabelle et Charles cherchait un loft à Portland. Et nous étions raides dingues l'un de l'autre, c'en était écoeurant !

(À suivre...)

Libellés : ,

7 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Ah les gars ! je me répète, mais Blockolero rules !!!

Mais, elle oublie deux trois petites chose Miss Violet : comment il a eu son mail ?

Petite anecdote : le concert à Genève période COR, j'y étais !!!!

01/09/2008 11:03  
Blogger Mr Plume said...

Blackolero, vous êtes vraiment trop fort... merci ;) !

01/09/2008 11:25  
Anonymous Unsomnambulist said...

Vite, des infos sur l'album de Grand Duchy!..

01/09/2008 20:54  
Anonymous floop said...

Merci. Je suis content que vous l'avez apprécié.

02/09/2008 06:25  
Anonymous Anonyme said...

Je me demande si Fort Wayne est une co-composition de Frank et Violet... Ca ressemble un peu a Dont Get Me Wrong sur Christmass. C'est le genre de chanson ou on pourrait dire que le style de Black et celui de Kim Deal ont quand meme des point communs (ecoutez "Night of Joy" sur Mountain Battles).
Sinon, ouais, le mail comment il l'avait eu??? He he c'est du Voici version under.

02/09/2008 19:55  
Anonymous Anonyme said...

Magnifique !
Mais comme tout le monde je me demande bien comment il a eu son e-mail. Je suppose que l'explication la plus simple c'est qu'ils se soient échangés leurs adresses à la fin du concert et qu'elle a oublié de le mentionner dans l'interview.
Mais nous n'aurons peut-être jamais la réponse...
Remarquez, il suffit d'aller poser la question sur blackfrancis.net.

04/09/2008 19:14  
Anonymous Rabbit said...

Quand-même ça colle le frisson ce récit de rencontre... :) Merci Blackolero !

24/10/2008 20:49  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home